Bio Top | Prix à l’Innovation Bois | Édition 2022 | Vaud

Partenaires

Dossier sponsors

Partenaires organisateurs

Lignum Vaud

Clé de voûte d’une politique durable en matière de ressources, les innovations produites à partir de bois, ouvrent un champ de possibilités incommensurable. Colles naturelles, pare-chocs de voitures, meubles à base de fibres bois ou éléments de construction hybrides tout droit sortis de l’imprimante 3D, mousses et substituts de plastiques, textiles de qualité supérieure ou « techniques » pour le sport, carburant neutre en CO2 pour les avions et le trafic lourd…. Les applications réalisables grâce au bois permettent d’envisager un avenir libéré de la dépendance au pétrole.

Un matériau aux multiples facettes, présent en quantité

Pour l’industrie des composites haute performance, s’affranchir des produits fossiles devient un enjeu majeur et la recherche actuelle sur les fibres de bois et plus généralement, les biomatériaux, est encourageante.

La dimension cellulaire est également le terrain de jeu des chimistes qui s’intéressent de près au bois et à ses dérivés, dans le but de valoriser tout son potentiel. La lignine est envisagée par certains comme une véritable mine d’or, en tant qu’alternative aux polymères dérivés du pétrole dans l’industrie des parfums ou des arômes notamment. D’autres étudient les ressources de la fibre de nanocellulose pour développer le secteur du conditionnement ou de la conservation des aliments.

Toutefois ces innovations ne sont pas toutes rendues au stade de commercialisation et pourraient bénéficier d’une meilleure visibilité. Chercheurs, industriels, financiers doivent trouver des espaces de rencontres et d’échanges privilégiés que le Prix à Innovation Bois s’est promis de créer.

Philippe Nicollier au Prix à l'Innovation Bois 2021

Philippe Nicollier, Président de Lignum Vaud

BFH

Du bois à la place du pétrole

Frédéric Pichelin, professeur à la Haute École spécialisée bernoise (BFH) et responsable scientifique de BIO TOP, le Prix à l’innovation Bois, ne craint pas la comparaison du bois avec le pétrole. Selon lui, « il n’y a plus de limite à cette substitution car nous pouvons aujourd’hui tout réaliser avec le bois qui est issu de la transformation de substances organiques comparables à celle du pétrole. Les innovations dans le domaine du bois méritent une plus large visibilité car elles sont nombreuses et représentent une véritable alternative pour notre économie ! »

On pense évidemment à la construction, qui en Suisse intègre de plus en plus le bois et ses composants. Avec l’assouplissement des règlements de construction, un tiers des maisons familiales et 10% des immeubles d’habitation utilisent aujourd’hui ce matériau de qualité, en progression de 30% depuis dix ans.

Mais dans les domaines moins conventionnels, le matériau a le vent en poupe également et depuis une quinzaine d’années, de nombreuses start-up suisses y sont sont particulièrement actives. On trouve donc du bois ailleurs que dans les chalets et dans les skis. « L’utilisation du bois ne se cantonne pas à ses qualités macroscopiques, explique le professeur. Ses composés organiques sont essentiels pour la chimie verte. Ses fibres naturelles peuvent rentrer dans la composition de carrosseries de voitures. Avec les écorces d’arbres, on obtient des molécules qui entrent dans la fabrication de colles naturelles. La cosmétique en tire des additifs antioxydants pour les crèmes du soir. La densification du bois devrait permettre à terme de remplacer l’usage d’alliages métalliques pour les cadres de vélos ultralégers.

 

On trouve aussi des molécules de cellulose dans certains dentifrices, et dans des aliments, comme des glaces pour en améliorer la consistance. Des recherches montrent même que certaines molécules du bois pourraient avoir un effet antibiotique. »

Le bois au cœur de la transition écologique

Performant, résistant, recyclable, durable… Le bois coche toutes les cases du cahier des charges, toujours plus exigeant, de la transition écologique et énergétique. C’est un réservoir de chimie inépuisable auquel le prix BIO TOP rend hommage, même si certaines des applications technologiques qui seront représentées sont encore sous formes de prototypes ou d’idées. « À l’heure du réchauffement climatique, l’emploi du bois constitue une contribution majeure pour cheminer vers une économie renouvelable, et les pitchs prévus lors de la cérémonie permettront de mieux appréhender ce bond en avant. »

Le potentiel de progression semble énorme, sans limites. « Nous étudions aussi une application dans les imprimantes 3D, souligne le professeur. Tous ces usages ont un autre mérite, celui d’utiliser toute la matière première à notre disposition : du bois de moindre qualité, des déchets, et pas uniquement des bois de grande qualité, réservés à la construction. De plus, c’est une matière première locale. »

Le prix BIO TOP sera aussi l’occasion de voir des produits finis dans un espace d’exposition où différentes sociétés présenteront leur production :  des pièces entrant dans un processus industriel, mais aussi des textiles dans lesquels personne n’imaginerait qu’on trouve des fibres de bois. Un « Prix d’encouragement » pour les nouvelles idées qui ont un impact important et Prix de l’entreprise pour les startups suisses et internationales seront décernés.

Frédéric Pichelin, Rencontres WoodRise 2019

Frédéric Pichelin, professeur à la Haute École spécialisée bernoise (BFH)

SPEI

Service de la promotion de l’économie et de l’innovation (SPEI), Canton de Vaud

Le SPEI soutient les entreprises établies dans le canton de Vaud, et plus particulièrement celles actives dans les secteurs de l’industrie et des technologies de pointe. Le SPEI leur octroie des soutiens financiers directs, les conseille et les renseigne en les mettant en relation avec les organismes adéquats afin de répondre à leurs besoins spécifiques.

Andreane Jordan Meier, cheffe de service SPEI

Andreane Jordan Meier, cheffe de service SPEI

Sponsors

Steiner

CBS-Lifteam

Filière bois régionale

Lenzing

Parc naturel du Jorat

Ville de Lausanne

Borm-Informatik

CleantechAlps